samedi 24 avril 2021

Impression 3D : les débuts à la résine

 
Hello,

 

cette fois-ci ce sera un retour (presque) à chaud sur la seconde imprimante que j'ai acquise il y a quelques semaines : une Anycubic Photon Mono. C'est une imprimante moyenne gamme, pas la plus fine, pas la plus grosse mais pas non plus la moins chère. Qu'on s'entende bien, on parle ici d'une imprimante à 200€ grosso modo. Elle a été livrée très rapidement et l'installation / préparation s'est fait en un tour de main. Elle est livrée avec une base de matériel : spatules (métal et plastique), masques (papier genre anti-covid, la loose), des gants en plastique, une clé USB. 

Il est vrai que l'aspect plug and play de l'impression résine change par rapport à l'imprimante filaire. Je me suis reposé sur le visionnage de cette vidéo pour bien me préparer et me lancer. 

J'ouvre une petite parenthèse : avant de se lancer, il faut bien prendre en considération tous les aspects sécurité de ce genre d'impression. En effet, à l'inverse de l'impression filaire (enfin tant qu'on est sur du PLA), l'impression résine est quand à elle bien plus accessible aux novices. Tout d'abord, sachez qu'on n'imprime pas dans une pièce de vie, les émanations sont toxiques et les impressions doivent se faire dans une pièce à part, où l'aération est possible après chaque impression. De plus, la polymérisation de la résine peut entraîner des brûlures très sévères au contact de la peau. Vous l'aurez compris, renseignez vous bien avant de vous lancer et préparez les protections adéquat : masques à cartouche, gants en nitrile, lunettes de protection. 


Une fois tout cet équipement de sécurité en mains, quelques consommables vont également être utiles : sopalin, filtres, alcool isopropylique (ou alcool ménager à 90% min), boites étanches transparentes (ou bocaux en verre), pince. Vous pouvez aussi choisir de vous servir d'une machine post traitement si vous préférez ou fabriquer vous même votre appareil à UV. Pour ma part j'ai pour l'instant fait le choix de me servir d'un nettoyage par boite en secouant et des rayons du soleil pour les UV. 


Premier print test

On est donc parti pour la première impression, la pièce test proposée de base par Anycubic sur la clé USB. C'est un cube en 3D grillagé. C'était très bien parti mais...




L'impression s'est décollée du plateau et est donc restée au fond, résultat, on a pas un cube, mais la forme est assez marrante. 
Je ne vois pas ce que j'ai pu faire de mal, sûrement la faute à pas de chance ? Je ne suis pas resté sur un échec et je suis reparti directement sur le même fichier d'impression. Ce coup-ci, aucun problème le cube est sorti nickel.



La première figurine

Je suis donc parti confiant pour la première figurine : Grogu en version adulte produit par Order 66. la figurine était "présupportée" donc je n'ai eu qu'à la poser sur le plateau d'impression avant de lancer. 




Premier plateau nombreux

Si une figurine marche, pas de soucis pour un plateau logiquement, j'ai donc placé plusieurs figurines, toujours pour Star Wars (de chez le talentueux Black Remnant) mais aussi une nymphe dans une fleur de chez Epic Miniatures.

Aucun problème à la sortie, j'ai continué à imprimer des fichiers pré supportés pour plus de simplicité. 



Second plateau

Ce nouveau plateau contient uniquement des créatures de la forêt : des dryades. J'en avais trois de chez Epic miniatures toujours, trois de chez Crosslances et la dernière est de chez Artisans Guild. Première constatation : tout n'est pas à la même échelle chez les designer... ça semble pourtant logique mais je l'ai constaté en direct, les tailles sont vraiment différentes alors j'ai du en réduire certaines à 80%, d'autres à 90%. Ce n'est pas une super réussite, il faudra que je passe sans doute plus de temps à vérifier cela la prochaine fois. Rien de choquant mais à y refaire je changerai mon fusil d'épaule. J'ai imprimé la dryade Artisan Guild avec son socle mais je suis très déçu par le rendu, le socle est loin d'être rond, les supports l'ont fait craquelé à de nombreux endroits. Il va falloir que je me penche sur cette histoire d'impression de socles. Hormis ça, les détails sont juste HALLUCINANTS. N'hésitez pas à cliquer sur les images pour en voir plus, entre les fleurs, les bois, les feuilles... Personnellement je trouve ça incroyable. 









Troisième plateau









La peinture

Sans plus d'impression (le but est tout de même de les peindre plus que de les entasser) on passe à la peinture. On commence avec la sous-couche, du blanc Games pour tous. Avec cette résine verte le résultat est un peu impressionnant, surtout à contre-jour où l'on voit encore le vert par transparence. Pour autant ça ne pose aucun soucis à la peinture. 



J'ai commencé par du simple, les figurines Star Wars de Sean Mac Anulty : les droïdes, Wicket ewok et Mon Mothma. Ce ne sont pas les sculptures les plus lisses qui soient mais pour des fichiers mis à disposition du grand public gratuite sur Thingiverse, c'est super sympa. D'autant que j'ai choisi ces droïdes parce qu'ils me rappelaient mon enfance, ce sont les droïdes sentinelles que l'on trouve dans KotOR. Ces figurines ont été faites en deux soirée, rapide et efficace, ça fait plaisir !



Ensuite, la peinture des dryades, j'y ai passé pas mal de temps mais j'ai beaucoup apprécié l'exercice. Même s'il y avait une moultitude de détails c'était une très bonne façon de découvrir les capacités de l'imprimante. J'ai fini par me laisser convaincre de les peindre aux couleurs automnales. C'est beaucoup plus long de faire plein de couleurs de feuilles que tout en vert. Pour les socles je voulais tenter quelque chose de moins vert que mes forêts Légion. D'abord j'ai voulu tenter les feuilles de thé, mais je n'ai pas trouvé le résultat satisfaisant alors j'ai remplacé ça pas un mélange sable et flocage que j'ai récupéré, déjà utilisé sur les chiens aventuriers que je présentais ici. En plus, j'ai ajouté quelques graines de bouleau, même si c'est très grand, la forme de feuille aide vraiment pour le look automne.

Malheureusement les photos ne sont pas au niveau, c'est assez décevant quand on a passé autant de temps sur une figurine. 





Ensuite, j'ai également peint une escouade de stormtroopers un peu spéciale : le Scar Squad. On ne la voit pas dans les films mais on peut la retrouver dans les comics affronter divers personnages de l'alliance. Aussi appelée Task Force 99, ils ont chacun leur spécialité et sont considérés comme une escouade d'élite au sein de l'Empire. Les figurines ont été réalisées par Black Remant dont je suis assiduement le patreon. C'était aussi une des premières tentatives de blanc pour moi.

Certains ont été fait à partir de Contrast Apothicary White, d'autres avec du lavis gris Prince August. Au final le résultat est peu ou prou la même chose, très déçu par ce contrast censé donne du blanc. Dans tous les cas, ils ont tous reçus un lining de blanc sur les arrêtes pour rehausser le tout. On a pas le rendu armure plastique plastacier  mais ça sera largement bon pour du jeu. les armes sont en contrast noir et lining gris clair, tout le reste est peint de façon classique. Je me suis permis la fantasy de peindre les sacoches en vert militaire pour casser un peu l'aspect noir et blanc qui commençait à me sortir par les yeux. Le sabre de kreel a repris sa courbure d'origine... Qu'à cela ne tienne, je suis toujours sur mon idée d'un jour remplacer les lames par des tiges résine transparentes. 

Sur celles ci on voit un peu plus, à cause des surfaces lisses, ressortir certains crénelages, notamment au niveau du crânes. N'ayant pas passé de grosses couches de peinture sur le blanc, elles peuvent parfois être un peu visible selon l'angle où l'on regarde mais ce n'est pas grand chose, il faut vraiment y regarder de près. 







C'est tout pour moi, je suis satisfait du résultat et conquis par la satisfaction d'avoir fait ça moi-même de A à Z. Même si à l'impression j'ai parfois été triste de voir quelques stries, je ne fais qu'améliorer en travaillant l'anti-aliasing et l'épaisseur de couches. A la peinture tout cela se gomme bien et je trouve le résultat final des plus intéressants. Malgré le temps passé sur les dryades, j'essaie de me faire violence pour faire une peinture rapide mais efficace. Ce n'est pas assez bon pour du concours mais sur une table de jeu ça ira très bien. Je ne vous cache pas qu'à l'heure où j'écris ces lignes j'ai relancé quelques plateaux mais pas beaucoup. J'essaie d'être raisonnable et de peindre au fur et à mesure pour ne pas accumuler pour rien, le fait d'être dans les travaux ça aide pas mal à ne pas vouloir stocker plus de résine !


À ce stade, je peux dire que l'impression résine est assez facile d'accès pour peu que l'on soit un peu méticuleux. Il y a peu de réglages à faire avant de se lancer, cela fonctionne tout seul et sans un gros taux d'échec à priori. De plus la qualité des figurines sorties est très bonne, sur bien des points même plus fin que ce qu'offrent certaines marques en métal ou plastique.

De plus, l'offre est pléthorique. Patreon, Gumroad, MyMiniFactory, Thungiverse... pour peu que vous aimiez chercher, la plupart des styles ont été travaillés et fouillés. On peut également imprimer des petits décors, des accessoires ou juste du bitz, ce qui peut bien aider pour la conversion. 

Je vous referais sans doute un article lorsque j'aurai imprimé et peint un peu de décors pour vous montrer cette possibilité également. Peut être aussi que je pourrais imprimer une grosse pièce en plusieurs parties, un dragon ou quelque chose du genre pour essayer. En tout cas pour le moment je suis ravi.

Encore une fois, je ne rentre pas trop dans les détails, je n'ai pas de "conseils" de pro à donner mais l'idée est de vous montrer ce qu'il est possible de faire avec ce genre d'imprimantes et la qualité que vous pouvez en attendre. 

jeudi 15 avril 2021

Il était un alien

 Hello,

 Le temps file à une vitesse impressionnante... J'arrive à faire un peu de peinture mais quasiment rien n'est fini à 100% pour vous le montrer, surtout que j'essaie de réunir certaines peinte pour un gros article à venir. Ajouté au fait qu'il y a beaucoup à faire côté "pro", difficile pour moi de vous écrire des articles, même si ce ne sont pas les idées qui manquent.

aujourd'hui un poil de peinture avec le test d'un schéma de couleur sur un Genestealer. Ce petit est amené à servir plusieurs projets que vous découvrirez plus ou moins bientôt. Je vous propose un petit texte d'ambiance (écrit pour Mars Code Aurora dans le cadre du concours Mars 700), les photos de la bête puis un peu de détail sur le pourquoi du comment. Prêts ? C'est parti.


Dans un trou vivait un sauteur. C'était un trou déplaisant, sale et humide, rempli de bouts de vers et d'une atmosphère suintante, par endroit un trou sec, sablonneux, sans rien pour s'asseoir ni sur quoi manger: c'était un trou de la Faim, ce qui explique pourquoi un humain l’eut décrit ainsi.

Il n’y avait pas de porte tout à fait ronde comme un hublot, peinte en vert, avec un bouton de cuivre jaune bien brillant, exactement au centre. Il était ouvert directement sur un vestibule en forme de tube, comme un tunnel, un tunnel très inconfortable, sans fioritures, aux murs creusés, au sol rocailleux et garni de débris ; il était « meublé » de bassins stagnants et de quantité de patères pour les prises et les proies. La Faim n’aimait pas les visites. Le tunnel s'enfonçait assez loin, mais pas tout à fait en droite ligne, dans le flanc du cratère - Le Cratère, comme tout le monde l'appelait à des lieues alentour- et l'on y voyait maintes petits puits ronds, d'abord sur un côté, puis sur un autre. Le Sauteur n'avait pas d'étages à grimper: chambres, incubateurs, caves, alcôves (celles-ci nombreuses), garde-manger (il avait des pièces entières consacrées au gibier), couveuses, salles de reproduction, tout était de plain-pied et, en fait, dans le même couloir. Les meilleures chambres se trouvaient toutes sur la gauche (en entrant), car elles étaient les seules à avoir des fenêtres, des ouvertures circulaires et profondes, donnant sur le dehors et Le Cratère qui descendaient au-delà jusqu'à la mine.

Ce sauteur était un sauteur très habile, et il s'appelait Kntr. Les Sauteurs habitaient le voisinage du Cratère depuis des temps immémoriaux et ils étaient très considérés, non pas seulement parce que la plupart d'entre eux étaient furtifs, mais aussi parce qu'ils n'avaient jamais peur et ne faisaient rien d'attendu. On savait ce qu'un Sauteur allait dire oui à n'importe quel assaut sans avoir la peine de le lui demander. Ceci est le récit de la façon dont un Sauteur eut une aventure et se trouva dire et faire les choses les plus inattendues. Il se peut qu'il y ait perdu le respect de ses voisins, mais il y gagna... eh bien, vous verrez s'il y gagna quelque chose en fin de compte.

Kntr était par nature un être taciturne et belliqueux. Comme tous les sauteurs il était discret, d’aucuns diraient furtifs. Il n’avait pas son pareil pour escalader mon talus et autres ajouts à la terre des envahisseurs. Il avait cependant quelque chose de plus chez lui. Les plaques qui lui servaient de protection étaient bien plus épaisse que celle de ses congénères formant une carapace le rendant encore plus résistant aux tirs des envahisseurs. Il avait toujours combattu, depuis qu’il avait été en âge d’utiliser ses serres, celles-ci lui avaient servi à découper, à dépecer, à trancher. En somme : tuer était à la fois son métier, son passe-temps et son plus grand savoir faire. Au fur et à mesure des raids contre les envahisseurs, il avait développé sa propre technique. Si l’ennemi ne venait que rarement à lui, il pouvait l’attirer lui-même. Le liquide qui coulait en lui, il avait appris à le contrôler et adjoint aux crochets calciques qu’il arrivait à cracher, il pouvait ensuite ravaler sa propre salive pour rapprocher le ou la malheureuse (il n’avait cure du sexe des étrangers, à peine ressentait il un léger arrière goût qui les différenciaient) dans laquelle se projectiles s’étaient plongés. Il avait survécu, vague après vague là où les autres étaient tombés, mais jamais sans emporter leur lot d’extra-martien. Kntr avait fini par devenir ce que les hommes appellent un « spécialiste ». Il était envoyé derrière les lignes ennemies afin de surprendre, de désorienter et, comme on pourrait s’y attendre, tuer tous ceux qui menaçaient le centre de Mars, tous ceux qui menaçaient son foyer, son trou…

 


 

 



 

 


 Ce petit a fait crash test de mon schéma. L'idée était d'avoir quelque chose de rapide à traiter et suffisamment visuel à distance de jeu. J'avais déjà peindouillé de petits décors tyranides issus de la boite Bataille pour Maccrage avec du bleu en bordure de ces carapaces, j'ai donc voulu reprendre le même principe. 

Sous-couche noire avec une Bombe action, l'accroche est particulière, mais le prix est imbattable... Je pense surtout m'en servir pour les décors. 

Ensuite j'ai procédé en aplats liquides pour essayer de faire une jolie transition.  Je suis parti sur un bleu très foncé en voulant faire un fondu, à la réflexion, je me manade si les prochains n'auront pas une cassure noire / bleu plus net. 


Ensuite j'ai poussé les éclaircissements jusqu’à un bleu très pâle. 




 Ensuite, il a fallu à réfléchir aux "parties molles" et à une couleur qui viendrait bien compléter cet aspect crawler, qui ne prend pas vraiment la lumière. J'ai eu beaucoup de réponses différentes de la part des différents groupes auxquels j'ai demandé. Au final, je suis parti sur un vert pétant, tirant vers le jaune acide. L'encre marron en revanche n'était pas une bonne idée et m'a bien flingué mon contraste là où je pensais le renforcer. Les yeux ont été fait grâce aux jaune final utilisé précédemment, l'acide de la gueule a été traité de façon identique et les dards et les dents sont fait en os classique. Je n'ai pas été si rapide que ça au final, il m'aura bien fallu trois soirées pour peindre ce petit bonhomme mais j'espère gagner en vitesse si j'en peins plusieurs d'un coup. Le bémol principal que j'ai est pour le haut du crâne, qui est au final tout noir hormis les veines et ressemble trop à la carapace à mon goût. A voir si je peux jouer avec les vernis mat et brillant. 

 

Le socle est quand à lui traité comme avaient été faits les drones, avec un peu de béton pour le MDF que j'avais mis dessus et de l'asphalte pour le liège. Les petits détails tyranides sont traités comme le bonhomme juste au dessus qui les a sûrement engendré. J'ai foiré mon marquage de chiffre, je ne sais pas si c'est ma méthode ou la peinture jaune qui étaie étrange, tant pis.




Premier crawler d'une longue lignée je l'espère, il va falloir que je trouve une méthode pour les faire adhérer au mieux au socle parce ces couillons sont toujours en équilibre sur une seule jambe... sans parler des autres types de tyranides qui peut être encore pire... Bref, ça promet !


 Kenavo.

lundi 29 mars 2021

Kobolds : une bande de peinte

 

 Demat,

 

non je ne parles pas d'un jeu Osprey mais de peinture aujourd’hui avec les derniers sortis et soclés pour l'occasion. J'ai passé beaucoup de temps sur les kobolds Astrahys, je les ai considéré plusieurs fois finis avant de finalement y retoucher encore et encore. Cependant, grâce aux précieux conseils de mes confrères warmaniens, notamment l'aide du Caillou, j'ai poussé la peinture vers détails que je n'ose généralement pas. Au final, je suis bien content, même si j'ai passé pas de temps sur eux le résultat en vaut la peine amha !

 On commence par quelques photos de WIP, pour montrer quelques points spéciaux de la peinture.


A ma surprise la main droite du Kobogre n'était qu'un amas de chair muté et scarifié, j'ai tenté une boursouflures sur les ciccatrices

 

Travail de la rouille pour ne pas voir un métal trop clinquant. Premier essai pour moi sur les conseil du Caillou

 

Dans la même veine, j'ai vieilli le bois avec un aspect moussu en me basant sur ce tutorial

 
Pour ces kobolds j'ai souhaité travailler avec peu de couleurs sur les vêtements, surtout des cuirs, puis au fur et à mesure des poses se sont détachés le jaune et un bleu gris que j'ai essayé de mettre sur chaque figurine de la bande. Pour la peau le put était d'utiliser le même vert pomme utilisé pour le gnobold présenté précédemment, mais cette fois-ci avec du gris plutôt que de la chair pour couper. Je suis assez content du rendu, des dégradés sont là mais ne sont pas très marqués, bien fondus. Le travail de vieillissement du bois, des métaux et des socles était une première pour moi, j'ai essayé de faire au mieux. Les socles ont été fait avec des dalles basius systems sur de la pâte à sécher Action.

Dans le détail nous avons : Ragh et Ondin, les deux petits héros portant respectivement le bouclier et l'épée, ils font un très joli Duo, j'ai donc essayé de les peindre vraiment sur les même teintes.



Les deux assassins, avec leurs mini-pioches, de bonnes têtes de vicelards. Ce sont ceux dont je suis le moins content, j'ai, comme d'habitude mal traité le drapé noir, il faut vraiment que je travaille là-dessus. Il manque la lance du second qui est actuellement dans les cartons... Lorsque je pourrais sortir mes petits bonshommes de là, je lui peindrais l'arme qu'il mérite. 





Le cannibale, la figurine a pleins de petits détails bien sympa, un pagne et un sac en peau, que j'ai traité comme pour le mercenaire le Moissonneur, en mode Benetton ! Très cool à peindre comme figurines.





 

 Pour finir Astrahys, le kobogre vient compléter la bande, une bonne bestiole qui ne donne pas envie de rigoler, un peu crado avec sa mutation du bras droit et ses cicatrices, très cool à peindre également avec de plus grandes surfaces à traiter. Je suis toujours aussi nul sur le bleu, je ne m'en sors pas avec cette couleur, je ne sais pas pourquoi. 






Pour terminer, deux figurines qui ne sont PAS du Astrahys mais que, je trouve, allait bien avec : deux gobelins sculptés par Lux Thantor (lien boutique mais il tient aussi un blog) que j'avais acheté sur sa boutique personnelle. Entre le chef en armure et la "pinup" gobeline, je me suis vraiment éclaté sur la peinture. Le jaune est traité avec une base ocre et une encre violette pour enrichir les teintes. L'encre était un peu lourde donc le violet est un peu appuyé mais j'aime toujours autant cette recette. En revanche j'ai bien galéré sur la rouille de l'armure, je ne savais pas vraiment où la poser, le rendu est beaucoup plus moyen. si vous avez des retours, je suis preneur !

 


 



Ajout de dernière minute, je m'aperçois que je n'avais pas présenté mon gnobold ici ! Il était en effet à cacher le temps que les autres participants du Da Fight révèlent leur oeuvre, je vous le met donc ici. La figurine est extrêmement fournies en détail qui, une fois recollé car cassés dans le transport du blister, se sont révélés être un plaisir à peindre : fioles, fleur, petits animaux, sacoches... Pour la peau j'ai fait une tentative : mêler chaire rose et vert pomme. Le rendu ce n'est pas encore ça, j'ai fait un mix en base et après l'ombrage j'ai essayé d'éclaircir en mettant de plus en plus de vert puis du blanc, pas évident mais le rendu n'est pas si mal même si ce n'est pas ce que j'espérais. C'est lui qui a initié le bleu-gris et jaune comme couleur des kobolds. Même si c'est un mercenaire, c'est sa faction de prédilection il me semble.





C'est tout pour les kobolds (pour le moment), la prochaine peinture risque d'être bien plus futuriste !