lundi 20 octobre 2014

FOG 2014

Festival de l'œil Glauque 2014

Le contexte

Le festival de l'œil Glauque tire son nom de l'association éponyme , club membre de l'amicale de l'INSA de Rennes. Il est dédié aux jeux de rôles et de plateaux, ouvert à tous. Cela se déroulait le week-end du 17 au 19 octobre (vendredi soir à dimanche fin d'après-midi).
Au programme il y avait :
-Du jeu de rôle en pagaille
- Une multitude de jeux de société en libre service (du Dobble au Abyss en passant par Hyberborea et Quarriors) et largement assez de place pour que tout le monde s'installe
- 10 box pour les jeux de rôle tout au long du week-end si je n'en oublie pas. Tous décorés chacun selon un thème et très belle façon !
- Un draft Magic le samedi après-midi
-Des parties de loup-garou organisées régulièrement,
-Une buvette bien sympa avec une monnaie spéciale : la PO échangeable contre nos petits euros et avec une bourse par paquet de 20 PO.
-Un concert le samedi soir
-De la musique en fond, bien geek à souhait
- Thomas Mournier et ses créations
Je reviendrai sur chacun de ses points en détail, plus ou moins rapidement.

Le jeu de rôle

Mon parcours

Soyons clair, moi c'est clairement pour ça que j'étais là. Absolument pas motivé pour masteriser (Meujeuter,MJter , torturer, gérer des psychopathes ou n'importe quelle terme qui vous siéra) mais totalement partant pour sortir de ma peau, incarner du héros (plus ou moins glorieux) et, quelque soit la destination, profiter de chaque détail croustillant du voyage. Et on peut dire que je n'ai pas été déçu du voyage !
Premier point super important et qui m'a bien plu : la possibilité de réserver sa (ses) place(s) de jeu de rôle sur le site pour être sûr de pas rester sur le carreau. En plus d'une description rapide de la partie (ou d'un paragraphe choc ou de… rien pour certaines) on trouve le nombre de places disponibles, les participants déjà inscrits et le mail du MJ (MJ : Maître du Jeu, celui qui a préparé le scénario et qui "gères" le monde extérieur en jeu -on en reparle dans un autre article-) pour toute question ! Ce qui m'a permis de savoir à l'avance ce que je ferai, avec qui et de ne pas avoir à stresser de manquer ma partie. Après, aspect plus négatif, les parties se rajoutant au fur et à mesure (qui a dit à l'arrache?) je me suis retrouvé à vouloir changer de partie et là : impossibilité d'annuler une réservation… J'ai du en parler aux orgas sur place et barrer mon nom sur la feuille de joueurs
le soir même de ma partie. C'est le côté moins top, mais j'ai survécu et les orgas ont pas été méchants.
Je me suis inscrit sur 3 parties : vendredi soir, samedi après-midi et samedi soir (le dimanche je me suis dit qu'il fallait bien bosser un peu et se reposer…). J'ai choisi Ambre - Guerre du trône pour le vendredi soir. Ce choix est du d'une part à la super présentation de la part du MJ et d'autre part à l'un de mes camarades qui m'avait déjà parlé de ces romans (les princes d'Ambre) et qui m'a passé le premier tome pour que je sois au taquet pour cette partie. Le samedi aprem j'ai choisi Ryuutama : un jeu de rôle japonais importé et traduit par l'ami Brand avec les éditions Lapin-Marteau. J'en avais discuté avec Brand et j'avais vraiment envie de le tester. Enfin pour le samedi soir c'était Arbre. Le scénario s'appelait Animalia, avait l'air cool et en plus c'était Thomas Munier qui masterisait, alors j'ai sauté.

Ambre - Guerre du trône


Premier jeu de rôle du week-end, grâce à la description je savais que c'était une partie de pute, plus contre les autres qu'avec eux. On était 8 joueurs (4 joueurs et 4 joueuses!), il y avait 3 MJs et c'était plus une murder qu'un jeu de rôle (ça aussi je développerai dans un prochain article). Sur le papier ça a l'air simple : Ambre est le centre du multivers, nous sommes 9 princes et princesses d'Ambre (l’aîné incarné par un MJ) mais seul un d'entre nous sera couronné Roi d'Ambre. Entre liberté totale, envie de grandeur, coups-bas et MJs plus ou moins sadiques c'est une lutte pour le trône toute en finesse. Impossible de se débarrasser de tout le monde, impossible de se fier à quiconque mais tout est bon pour parvenir à ses fins. Pour ma part j'ai joué le petit dernier de la famille : le savant érudit, que j'avais nommé Agaros. J'ai essayé de m'arranger des alliances avec tout le monde tout au long du jeu et au final j'ai bien plus parlé avec les autres que réaliser de véritables actions par moi-même. J'ai réussi à parler à tout le monde, échangeant mes bribes d'informations contre d'autres informations sur tout le monde, corrompant juste assez de factions pour m'arranger un contrôle suffisant en Ambre.
A force de chaos et de préparations d'armées, la cité a fini par être envahie, aîné assassiné et moi couronné grâce à deux de mes frères et sœurs votant pour moi lors de l'élection du monarque. Après coup, il s'est avéré que cette fameuse sœur avait ensorcelé ma couronne pour me rendre plus réceptif à ses "avisés" conseils.
Partie absolument énorme, j'ai adoré le système autant que l'univers que j'avais découvert grâce au roman et les joueurs avec nous étaient super sympathiques, bon joueurs et intéressants ! Les MJs ont bien assuré le jeu, nous ont fait vivre le truc à fond et nous ont vraiment offert une soirée mémorable. Encore un grand merci à eux !

Ryuutama


Jeu que j'attendais avec impatience puisque je l'avais déjà feuilleté et que j'en avais parlé avec l'éditeur. J'ai eu l'occasion de créer mon perso et de ne pas prendre un pré-tiré ce que j'ai énormément apprécié.
Je voulais changer de la veille, j'ai donc décidé de jouer un jeune guérisseur altruiste et un brin naïf. L'esprit de groupe était vraiment présent entre nous cinq et c'est avec plaisir que j'ai voyagé de Hatsu à Turaï en compagnie de mes quatre compagnons et de notre Yack. J'ai même rempli le rôle de cartographe et remplissant notre super carte au fur et à mesure!
Au départ j'ai eu du mal à rentrer dedans, la succession de jets de dés se supplantant quasiment au rp (role play = résolution narrative d'un événement, d'une action) mais une fois le véritable objectif identifié et la compagnie ancrée dans l'action c'était vraiment agréable. Les joueurs étaient tous sympathiques, bien ancrés dans leur personnage (très caricatural mais pas déplaisant !)  et un véritable sentiment de compagnie soudée était présent.

Animalia


Scénario utilisant le système d'Arbre, encore en playtest et se déroulant donc dans l'univers de Millevaux créé par Thomas Munier. C'était une expérience assez unique, déroutante au début mais tellement agréable, là encore ça laisse de sacrés souvenirs ! (le bruit du sanglegoule par Thomas entre autres !!!)
Dans Arbre, il n'y a pas de dés. Dans Arbre, si tu veux faire quelque chose tu peux, du moment que tu es prêt à en payer le prix. Dans Arbre tu es magnifique. Dans Arbre tu es un clochard. Dans Arbre tu es un clochard magnifique ! Dans arbre tu kiffes ta création de personnage comme jamais, tu remplis tes branches avec des post-it, jouissant d'avance en pensant au moment où tu pourras les révéler, à la tête des autres joueurs et à la tête du MJ qui ne les connait pas non plus. Si certains sont intéressés je vous invite à aller voir ici.
Attention SPOILER, je fais ici un résumé de la partie mais Thomas Munier rédigera un compte rendu de cette partie prochainement sur son blog. A vous de voir si vous continuez.
Le scénario se passait en pleine forêt de Millevaux où je jouais encore un autre type de personnage : un mutant, se transformant en poisson, ne sachant pas nager, phobique de l'eau, effrayé par ce qu'il devient. Avant déjà c'était un lâche, avec la perte de la mémoire il est devenu Personne, celui qu'on ne remarque pas. Malgré cela, il s'est retrouvé à suivre Garlaud, Valjean, Long-manteau, Hubert et Lean. Ces 6 clochards magnifiques se sont réveillés sans souvenir dans une étrange cabane. Se voyant dépossédé, Garlaud a tué notre geôlier (ou sauveur?) d'une rafale de fusil d'assaut. De là nous sommes parti accompagnés par l'ancienne du village et les bûcherons à "La Source" censée nous purifier de nos actes et empêcher notre transformation. A peine avait t'on quitté le village qu'un Sanglegoule nous a attaqué, créant la panique au sein des villageois qui fuirent au village tendis que le pauvre Long-Manteau, non content d'avoir mis le pied dans un piège à loup se faisait charger par la bête affreuse au cri effroyable (merci Thomas !). La bête fut abattu mais Long-Manteau y perdit un pied, dévoré… La route continua, ponctuée par des assauts brutaux de sanglegoule au moindre bruit. Rejoints par le fils de Valjean et une étrange femme à la mâchoire déformée nous avons tout de même atteint la Source. Un bidon métallique alimentant un bassin suffisant profond pour l'immersion total d'un être "humain". A l'exception de Lean, Hubert et Long-Manteau, tout le monde s'immergea bien que ce fut de façon involontaire pour Personne, poussé par Lean dans sa fuite contre le sanglegoule approchant la source, le guérissant de sa phobie… Cette fameuse attaque poussant les "héros" à fuir, Garlaud le sans cœur décida de tuer Long-Manteau, trop faible pour suivre et qui ferait un repas de choix pour occuper les sanglegoules… Sauvé par son fidèle chien il prit la fuite comme les autres. Il réussit à faire tomber Personne mais son propre handicap et la vitesse phénoménale de Personne l'obligea à se cacher sous sa charrette où il fut finalement dévoré atrocement par le monstre. Ses compagnons atteignirent le cratère d'un volcan à moitié rempli d'eau, ce qui formait un lac articifiel. Il y avait là d'autre mutants, vivant paisiblement à l'état sauvage. Personne, réconcilié avec l'eau, s'y dirigea, ayant enfin trouvé le Canaan qui avait lié le groupe si longtemps… De ses compagnons survivants, seul Garlaud décida de parti, charrette sous les bras, à la recherche de qui était une VRAIE El Dorado pour lui.
Ainsi l'histoire se termine, tout est bien qui finit bien, ou presque… La source n'était en fait qu'une mare radioactive, sorte de châtiment utilisé par les bûcherons pour mettre à mort en quelques jours les mutants, les meurtriers et tout ceux enfreignant "le code" . Ainsi périrent en quelques jours Personne, Garlaud, Valjean et la mystérieuse femme. Lean finit quand à lui par devenir un sanglegoule lui-même. L'ingurgitation de viande crue de cette bête lui réservant un destin peut être plus tragique que la mort? Seul Hubert restait, en paix?

 

Et le reste alors ?

Je n'oublie rien ne vous en faîtes pas ! La convention proposait également :

Vendredi soir

Hamlet Reloaded - On ne fait pas d'Hamlet sans casser du vieux.
Titre charmeur, description bien marrante je n'ai aucune idée de qui s'y est exactement passé!
Wonderland
Un autre jeu en développement de Thomas Munier où Wonderland est devenu le premier réseau social en réalité virtuelle. C'est un jeu sur la réalité virtuelle, sur internet, les réseaux sociaux, les addictions, la perte de notion du réel, l’identité, les métamorphoses, la solitude, la transgression et la subversion, la perte de l’innocence.

Samedi après-midi

Du Donjon de Naheulbeuk, jeu de rôle fun, se déroulant dans l'univers de l'audio-série éponyme.
Dragon de poche. Impossible d'en dire plus puisque pas de description.
Bimbo. Qui n'a pas pu se faire à cause du manque de joueurs. Bien dommage car c'est à mon avis très prometteur.
36 Rue des Orfèvres, de l'historique dans Paris au XVIII siècle
Cabale avec deux scénarios au choix : un avec des apprentis d'académie de Magie et un surpris avec des écureuils, des Hamsters et un chinchilla.

Samedi soir

Friponnes RPG : où l'on incarne fripons et friponnes au grand cœur qui n'ont froid ni aux yeux, ni aux fesses!
La pizzeria de l'angoisse (tout est dit)
Le fameux Animalia
et Cabale encore

Dimanche après-midi

Du Scion
Un rpg surprise "Watafak" inspiré du disque monde
Une partie sur Stargate

Le Reste du Festival

L'organisation

Parmi les petits trucs sympa : le nombre de tables permettant à tout le monde de s'installer pour faire un jeu, entre eux ou avec les autres visiteurs (très bonne ambiance j'ai trouvé). Les jeux justement avec un choix surprenant, de l'ancien comme du nouveau et pour tout type de joueur (ou presque). J'ai pas mal vu sorti King of Tokyo, Qwarriors et Dobble. Abyss également. En plus les tables étaient installé suffisamment loin des box de jeu de rôle pour que les uns ne perturbent pas les autres (ou vice versa je ne saurais dire !).
Les box, pourquoi en parler ? Parce qu'ils étaient décorés pardi ! Et comment, chaque box avait son "thème" représentant plus ou moins un lieu. Pèle mêle je me rappelle de : Space Sheep, la parade des monstres avec son Cthulhu, Castel Burboenbhub ou un autre nom imprononçable de la sorte avec sa tour et son magnifique loup, Midgardr, le stand mystère, un stand steampunk nommé consortium je crois, la taverne du dragon rose (ou j'ai joué, avec sa tête de dragon rose empaillé !), l'Atlantide et Tortuga. Les décors en cartons peints et les affiches rajoutaient vraiment du cachet, c'était top pour l'ambiance.
En plus d'avoir donné des noms cools à la bouffe, il y avait un système intéressant pour avoir une "boisson mystère". Cette boisson était nommée 3D6 et devinez pourquoi héhé? Pour savoir ce qu'il allait y avoir dans votre gobelet vous lanciez trois énormes D6 qui déterminait les éléments entre menthe, grenadine, lait, limonade, Tabasco, chocolat… Bien sûr pas de relance (même si j'ai émis l'idée d'une intolérance au lactose pour faire chier muahahahahahahahaha). Les prix étaient vraiment corrects et les sandwich fait maison, des burgers le samedi midi, tout ça c'était vraiment chouette.
On avait le droit en permanence à de la musique de geek diffusé dans tout le salon, entre les BO de jeux et de films je retiens en particulier la musique de la cantina de Mos Eisley et la marche impériale (oui c'est deux fois Star Wars, et alors?!). ça donnait une sacrée ambiance tout du long !
Il y avait également un concert de prévu le samedi soir, musique médiévale mêlée aux contes avec petite présentation au micro en fin d'après-midi, ça sonnait carrément bien malgré le surplus de 5€ à payer. Mais le prévoir en même temps que la partie de jeu de rôle soir c'est sérieux?! Donc si tu joues tu peux pas écouter, bien ouej les gars sur ce coup là !
Enfin la présence de Thomas Munier sur son stand en plus de ses parties lors du week-end. ça m'a permis de tester Inflorenza, une autre de ces créations grâce à une démo express en 20 minutes se clôturant par la mort de mon personnage fraîchement créé. Un résumé de cette mini-partie sera également disponible sur son blog si j'ai bien compris.

Voilà, c'est tout pour moi, désolé de pas avoir pensé à prendre des photos, j'ai vraiment fait le boulot sur ce coup-là… N'hésitez à me dire ce que vous pensez de ce premier article, ce n'est qu'avec des échos que je pourrais m'améliorer.


Kenavo !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire